PLAIDOYER POUR LES ANIMAUX

Ce mois-ci je partage avec vous le livre très connu de Matthieu Ricard : Plaidoyer pour les animaux.

Avant d’être moine bouddhiste, l’auteur a terminé un doctorat en génétique cellulaire, puis il est parti s’installer dans la région de l’Himalaya où il vit depuis plus de 40 ans. Il est l’auteur de plusieurs livres ; interprète français du Dalai Lama, photographe, membre actif de l’institut Mind and Life, et fondateur d’une association humanitaire Karuna- Shechen qui a développé plus de 130 projets éducatifs, médicaux et sociaux dans la région himalayenne au profit des populations les plus démunies.

Dans la lignée de Plaidoyer pour l’altruisme, Matthieu Ricard nous invite à étendre notre bienveillance à l’ensemble des êtres sensibles dans l’intérêt des animaux mais aussi des hommes. Tout au long du livre, il nous rappelle que nous ne sommes qu’une espèce parmi 1,6 millions d’espèces animales, et que nous avons pourtant tendance à penser que nous pouvons utiliser et instrumentaliser ces autres espèces animales comme bon nous semble. Pour lui, c’est un manque de lucidité, de sagesse et de compréhension qui est à l’origine de cette vision humaniste qui place l’homme au-dessus des autres espèces. Appuyées par des études scientifiques, ces démonstrations nous démontrent que ces êtres sont des êtres sentients comme vous et moi ; et il rappelle que notre intelligence humaine ne nous donne aucunement le droit de disposer de toutes formes de vie pour favoriser nos désirs et notre bien-être comme nous le faisons actuellement avec 60 milliards d’animaux terrestres et 1000 milliards d’animaux marins. Nous décidons quand  et comment les animaux doivent vivre et mourir. Or cela est incompatible avec un système éthique cohérent.

Il montre comment nous « désanimalisons » les animaux pour en faire des objets, des objets de consommation : cuir, viande, divertissement, trophée, pseudo-médicaments…Il nous interroge sur notre spécisme : on s’émeut du sort des animaux dits domestiques ; chiens, chats…tandis que nous restons totalement indifférents au sort des milliards d’animaux dit d’élevage qui vivent dans des conditions innommables et sont maintenus en vie jusqu’à leurs morts souvent violentes. Le sort des animaux de laboratoire, du divertissement et de la faune sauvage ne semble pas plus nous atteindre.

Ce constant posé, il nous appelle à la bienveillance inconditionnelle tant au niveau des humains que des animaux car l’un n’exclut pas l’autre ! Le combat animal n’exclut en rien le combat humain…Matthieu Ricard en est la preuve vivante avec son association qui œuvre auprès des humains. « Si l’on manque de compassion pour certains, nous manquons probablement de compassion pour tous ». La considération d’autrui n’a pas de barrière et il est selon lui de notre devoir d’étendre notre bienveillance à tous. Tout ce système de production massive d’animaux n’engendre que souffrances aussi bien du côté animal que du côté humain. Non seulement notre régime carné nous rend malade, mais il participe activement du maintien de la faim dans le monde ; de l’appauvrissement de pays en voie de développement tout en participant au réchauffement climatique et à la destruction de notre environnement.

Sans faux semblant, Matthieu Ricard nous invite à nous interroger sur nos incohérences, à changer nos comportements et nos mentalités. Droits des animaux, devoirs des hommes, il appelle à la raison et à la bonté humaine.

« Étendons notre bienveillance à tous les êtres sensibles de cette planète. » Ce message, pourtant si simple, prend tout son sens après la lecture de cet essai lumineux, extrêmement bien documenté et argumenté.

Vous ne ressortirez probablement pas indemne de ce livre qui ouvre les portes de l’altruisme et de la compassion. Cet ouvrage m’a bouleversé jusqu’aux larmes. Malgré tout, ce livre reste un hymne à notre capacité de retrouver une cohérence et à développer l’intelligence du cœur. Je vous le recommande chaleureusement <3

MERCI Matthieu Ricard !

Réale

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *