LE JEÛNE : POUR ou CONTRE ?

Le jeûne consiste en une RESTRICTION CALORIQUE COMPLÈTE. C’est une pratique historique qui se retrouve dans de nombreuses religions puisqu’elle s’appuie sur le principe de purification pour accéder à une forme élevée de spiritualité.

Dans le domaine de la santé, le jeûne s’inscrit dans une vision holistique et permettait au corps et à l’esprit d’accéder à sa pleine vitalité et de favoriser ses processus d’auto-guérison. On attribue en effet de nombreuses vertus au jeûne aussi bien thérapeutiques que purificatrices :

  • Perte de poids
  • Amélioration des facultés cognitives
  • Nettoyage du système digestif
  • Amélioration de certaines maladies chroniques…

1/ LE JEUNE INTERMITTENT (INTERMITTENT FASTING)

La méthode 16/8

Il s’agit d’une alternance de période de jeûne et de période de prises alimentaires, la plus connue étant la méthode 16/8 : 16H de jeûne et 8H de prise alimentaire. L’eau est autorisée.

Concrètement, votre dernier repas se situe le soir à 20H et le prochain se fera après 16H, soit à partir de midi le lendemain. Une fenêtre de 8H est ouverte durant laquelle les prises alimentaires se font, soit jusqu’à 20H.

Il existe un grand nombre de méthodes de jeûnes intermittent qui laisse le choix au pratiquant de tester et de trouver la méthode correspondant le mieux à son organisme. Il est ainsi possible de jeûner 1 fois/semaine, le Week-End, quelques heures…

JEUNE 1

2/ LE JEUNE THÉRAPEUTIQUE

Appelé sanogénèse, il s’agit d’un jeûne pouvant s’étendre sur plusieurs semaines dans le cadre de traitement de cancers ou de pathologies inflammatoires chroniques sous contrôle de professionnels de santé. Des cliniques se sont spécialisées dans le jeune thérapeutique notamment en Allemagne et en Suisse et la méthode la plus connue est la Méthode Buchinger.

jeune 3

QUE SE PASSE-T-IL DURANT UN JEÛNE ?

Pour simplifier, le corps va utiliser les glucides dans un premier temps, Puis une partie de l’énergie sera également fournie par les réserves de graisses et dans une moindre mesure à partir de protéines. Le corps va ensuite enclencher la cétogénèse, à savoir l’utilisation des corps cétoniques produits par le foie pour fournir de l’énergie aux cellules nerveuses et musculaires.

POUR OU CONTRE LE JEÛNE ?

Il est difficile d’apporter une réponse catégorique à cette question du fait des multiples façons d’appréhender le jeûne et des bénéfices/risques associés.

JEUNE 2

Pour rester en bonne santé, il est judicieux avant tout de s’assurer de ses piliers nutritionnels. En effet, opter pour une alimentation saine avec des aliments à faible index glycémique, riche en végétaux et graisses de qualité (oméga 3 notamment) ; réduire les excès de viande et veiller à son hydratation quotidiennement  reste le moyen le plus sûr d’optimiser sa santé.

Ce rééquilibrage alimentaire permettra aussi d’atteindre l’objectif de perte de poids, sans restriction. Le jeûne intermittent aide également à réguler le poids et à purifier son corps qui met au repos les organes digestifs et régule son homéostasie. En stimulant l’autophagie, le jeûne intermittent permet aussi un « nettoyage » des structures endommagées notamment du foie, des reins et des tissus musculaires.

Si l’on souhaite lutter contre des pathologies chroniques ou des cancers, il est judicieux de se tourner vers le jeûne thérapeutique encadré de professionnels de santé en clinique spécialisée.

Quoi qu’il en soit, pour tout personne enceintes, ou souffrant de Troubles du Comportement Alimentaire, d’insuffisance rénale, hépatique, de pathologie auto-immune, le jeûne est fortement déconseillé.

ET POUR LES SPORTIFS ?

La pratique du jeûne intermittent semble compatible avec la pratique sportive à condition d’une adaptation alimentaire notamment en termes d’apport protéique, hydrique et lipidique et de l’entraînement (favoriser la filière aérobie). Les personnes minces à faible masse musculaire doivent rester plus vigilants surtout si leur pratique sportive est intense. En effet, il faut rester prudent quant à la protéolyse (dégradation des protéines) durant un jeûne prolongé qui augmente le risque de sarcopénie (diminution de la masse musculaire) et la sensibilité aux infections.

jeune 4

Retrouvez cet article dans votre dernier Tahiti Fit

29570886_1533771360082675_2366346698448874093_n

A bientôt !

Réale

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *